association

FAQ 10 questions / réponses

Pourquoi le développement personnel associatif ?

Le développement personnel représente un ensemble hétéroclite de courants de pensées et de méthodes ayant pour objectif l'amélioration de la connaissance de soi, la valorisation des talents et potentiels, l'amélioration de la qualité de vie, la réalisation de ses aspirations et de ses rêves.

Fondé par son créateur, Abraham Maslow psychologue américain né en 1908, la pyramide des besoins hiérarchise le développement personnel par besoins jusqu'à ce que la personne accomplisse son projet.

Depuis la création de l'association en 2009, nous nous sommes aperçu que cet aspect était très souvent ignoré au quotidien.

"La culture tient lieu de soleil, de nourriture et d'eau: elle n'est pas une semence." selon Maslow, c'est pourquoi nous apportons dans nos ateliers et projets la connaissance au bénévole pour qu'il apprenne à se valoriser.

Se valoriser, c'est se sentir utile dans la société.

L'audiovisuel et l'artistique forment un tremplin pour des personnes motivées qui souhaitent reprendre confiance en leur projet.

L'objectif de l'association est de promouvoir le développement personnel par la mise en place d'un co-working d'ateliers de bien-être audiovisuel et artistiques tout public en situation précaire : le but est de transformer de la compétence en expérience similaire à l’échelle nationale et internationale en vue de divers échanges.

FAQ 10 questions / réponses

Quelle différence entre « volontaires » et « bénévoles » ?

Le volontariat relève d'un statut de droit public, ce qui implique que son accomplissement ouvre droit à une indemnité.

Le bénévole, quant à lui, se livre à une activité désintéressée, dans le cadre de ses loisirs ou de son temps libre.

Son engagement peut être ponctuel ou régulier, mais il n'y consacre pas l'essentiel de son temps.

En anglais, on parle de « volonteer », mais ce terme est en partie un « faux-ami » car il recouvre nos deux notions françaises de « bénévolat » (pas de lien contractuel, ni de définition juridique, sauf un contrat moral) et de « volontariat » (avec des liens régis par plusieurs cadres législatifs et réglementaires)... d'où une difficulté quand nous échangeons avec des homologues étrangers.

Par ailleurs, les frontières entre « volontaires » et « bénévoles » peuvent varier d'un pays à l'autre. Par exemple, en Belgique, le bénévolat est intégré dans un cadre législatif précis, ce qui le rapproche du volontariat à la française.

En France, nous ne sommes pas dans les mêmes rapports quantitatifs : actuellement environ 210 000 volontaires (dont 200 000 pompiers volontaires) et entre 11 et 12 millions de bénévoles dans les associations.

Pour en savoir plus, voir www.francebenevolat.org > Documentation > Onglet « Volontariat ».

Voir aussi le guide pratique « L'association employeur ».

Le point de vue de France Bénévolat est qu'il y a parfaite complémentarité entre bénévolat et volontariat et que le volontariat est un excellent moyen pour faire découvrir le monde associatif par les jeunes... donc pour « fabriquer » (au bon sens du terme) de futurs bénévoles !

On attendait, par ailleurs, du statut de « Service Civique » qu'il fasse monter le nombre de volontaires au sein des associations, mais celui-ci n'a pas tenu ses promesses (il n'a été utilisé que par 3 000 personnes depuis sa création en 2010), de telle sorte qu'il a été remplacé par le volontariat associatif par la loi n° 2014-856 du 31 juillet 2014 relative à l'économie sociale et solidaire afin de relancer l'engagement des adultes de plus de 25 ans (art. 64-I ; Code du service national, article L. 120-1 et suivants). La dénomination ancienne a été, par exception, maintenue en outre-mer, lorsque le service civique est réalisé auprès de personnes morales de droit public). Le volontariat associatif est désormais en vigueur, à la faveur de la publication du décret d'application n° 2015-581 du 27 mai 2015). Il est cependant trop tôt pour pouvoir en tirer un premier bilan.

FAQ 10 questions / réponses

Un chômeur peut-il effectuer une mission bénévole ?

Un chômeur indemnisé ou non par Pôle Emploi peut exercer une activité bénévole sans perdre le bénéfice de ses allocations à condition toutefois de rechercher activement un emploi. En outre, l'association auprès de laquelle il est bénévole ne doit pas être son ancien employeur et sa collaboration ne doit pas avoir pour effet d'éviter l'embauche d'un salarié. C'est l'objet de notre projet associatif qui vise à favoriser le développement personnel audiovisuel et artistique de ces personnes, le temps de se valoriser autrement : un tremplin associatif.

Pour en savoir plus : consultez la rubrique Documentation sur le site www.francebenevolat.org. Onglets : Fiches juridiques et pratiques > Demandeurs d'emploi et bénévolat / Le bénévolat contre l'exclusion.

FAQ 10 questions / réponses

Un bénévole peut-il être rémunéré ?

Non, le bénévole ne perçoit pas de rémunération, il peut seulement être dédommagé des frais induits par son activité (déplacement, hébergement...).

Le bénévolat est la situation dans laquelle une personne fournit à titre gratuit une prestation de travail pour une personne ou un organisme.

Le bénévolat se distingue donc de la situation de travail (ou salariat).

FAQ 10 questions / réponses

Un mineur peut-il faire du bénévolat ?

Oui, sous certaines conditions.

Les mineurs peuvent faire du bénévolat. Tout mineur peut même adhérer librement à une association. Le principe est affirmé clairement par la loi « Égalité et citoyenneté » n° 2017-86 du 27 janvier 2017 (art. 43), qui a réformé le régime de la pré-majorité associative prévu par l'article 2 bis de la loi du 1er juillet 1901 introduit par la loi du 28 juillet 2011 pour le développement de l'alternance et la sécurisation des parcours professionnels 2011. La loi nouvelle apporte une distinction.

Concernant les mineurs de moins de 16 ans, ils ont, sous réserve d'obtenir l'accord exprès et écrit de leurs représentants légaux, le droit de constituer et d'administrer une association.

Pour les mineurs de 16 ans révolus, ils peuvent constituer seuls une association, mais leurs représentants légaux en seront immédiatement informés, par l'association elle-même, dans des conditions qui seront ultérieurement fixées par décret. C'est le décret n° 2017-1057 du 9 mai 2017 qui précise ces modalités d'information. Il énonce que chacun des représentants légaux du mineur de seize ans révolus est informé par lettre recommandée avec demande d'avis de réception par l'un des membres chargé de l'administration de l'association Dès lors que cette information aura été dûment délivrée, et que les représentants légaux du mineur auront été en mesure de refuser explicitement que leur enfant réalise des actes d'administration pour le compte de l'association, le mineur pourra ainsi réaliser seuls de tels actes, mais en aucun cas des actes de disposition. En revanche, si le représentant légal du mineur s'est explicitement opposé à ce qu'il puisse réaliser de tels actes, alors le régime applicable aux mineurs de moins de seize ans peut leur être transposé : le mineur ne pourra réaliser de tels actes qu'avec l'autorisation, pour chaque acte, de son représentant légal.

Pour en savoir plus, consultez la fiche : « Les conditions dans lesquelles La Croix-Rouge Française accepte et encadre des bénévoles mineurs » sur www.francebenevolat.org > Documentation > Fiches juridiques et pratiques.

Consultez le guide pratique « L'association et les mineurs » sur associathèque.

FAQ 10 questions / réponses

Un bénévole a-t'il un contrat de travail ?

Non, il est soumis à un « contrat moral d'engagement associatif » qui implique le respect des règles établies, des structures, d'un règlement intérieur et induit, de façon fiable, une certaine disponibilité du bénévole pour contribuer à la réalisation des objectifs de l'association auprès de laquelle il s'est engagé.

Le bénévole, contrairement au salarié, n'est soumis à aucune subordination juridique envers l'association.

Il ne peut se voir imposer aucune instruction ou ordre impératif, et ne peut être sanctionné par l'association, comme pourrait l'être un salarié. Sa participation est volontaire : il est toujours libre d'y mettre un terme sans procédure ni dédommagement, moyennant parfois, cependant, l'obligation de respecter un préavis. Toutefois, une collectivité locale pourrait, sous certaines conditions, subordonner le versement d'une prestation sociale à l'accomplissement d'une action bénévole au profit d'une association, quand bien même ; une telle politique semble remettre en cause le caractère volontaire du bénévolat.

Le bénévole est en revanche tenu de respecter les statuts, voire le règlement intérieur de l'association, s'il y en a un, ainsi que les normes de sécurité dans son domaine d'activité.

Pour en savoir plus, consultez : « La Charte de Bénévolat et la signature d'une Convention d'engagements réciproques » sur www.francebenevolat.org > Documentation > Fiches juridiques et pratiques.

FAQ 10 questions / réponses

Comment mon adhésion fonctionne ?

C'est très simple, il suffit d'adhérer en ligne via la page d'accueil puis de choisir la formule qui vous convienne. (du petit engagement au permanent)

L'engagement annuel est valable de la date d'adhésion pour une durée de 12 mois par période glissante.

Par exemple, si vous adhérez au 14 juin, votre adhésion expire au 13 juin de l'année suivante.

Seul l'engagement permanent est mensuel.

Commentaires désactivés